Bienvenue sur le site des marchands et des amateurs du célèbre marché aux puces parisien
Welcome on the website of the merchants and amateurs of the famous Parisian flea market

Petite histoire de la récupération

Dès l'origine de l'histoire, l'homme s'est plu à préserver les chefs-d'œuvre et à jeter au rebut ou à détruire les objets considérés comme ayant une valeur passagère et n'offrant plus d'intérêt après la disparition de la génération qui les avait façonnés. Mais, il y a toujours eu aussi une tendance à conserver malgré tout quelques-unes de ces babioles éphémères qui avaient participé plus ou moins étroitement à la vie quotidienne des grands-parents ou des ancêtres.

Les archéologues s'étonnent souvent de découvrir côte à côte, dans les tombes sumériennes ou égyptiennes, dans les ruines de Chine ou du Mexique, de l'Inde et de l'Anatolie, des œuvres d'art d'une grande beauté et des objets quelconques dont la provenance leur paraît étrange, et qu'ils déclarent originaires d'un lieu différent ou datant d'une autre époque. Ne peut-on imaginer qu'il s'agisse là d'un des premiers phénomènes de la récupération ?

Quoi qu'il en soit, sans vouloir tenter de retracer l'histoire des reliques profanes dans l'Antiquité, on peut constater que la littérature gréco-romaine n'est pas avare d'allusions aux marchands de vieilleries : sur l'Agora et le Forum, il y avait des étals qui préfigurent les "puces" et où l'on pouvait trouver aussi bien des frusques usagées que des statuettes de pacotille, des bricoles orientales ou des pots défectueux provenant du Céramique.

Rédigé le 22 juin 2005 | Commentaires (1)

Elles courent encore (les puces)...

Blog_photo_vanves_1950_3

C’est vers 1860 que les marchés aux puces de Paris sont repoussés vers la zone herbeuse, sise entre les murs des fortifications militaires de Vauban et les maisons d’habitation. Il ne reste plus alors que le marché d’Aligre du Faubourg Saint-Antoine, le marché St-Ouen et le marché Didot dans le 14ème arrondissement.

Dès le Moyen Age, misère oblige, on trie, on sélectionne les chiffons, ferraille, peaux, hardes et objets de hasard. Un métier s’installe avec les premiers loqueteux qui font commerce devant Notre-Dame. Ils deviendront les chiffonniers.

Rédigé le 21 juin 2005 | Commentaires (12)

Itinérants, ambulants, volants...

Un colporteur et un marchand de bonbons allemands au début du siècle (photos de August Sander). Comme les choses ont changé, hein ?

COLPORTEUR.jpg

MARCHAND DE BONBONS.jpg


Rédigé le 19 juin 2005 | Commentaires (0)

Revue de presse

Voici quelques articles de presse sur notre marché (les plus récents sont en bas) :

FRANCE SOIR.jpg

ZURBAN.jpg

BIBA.jpg

L'EXPRESSMAG 1.jpg

DL'EXPRESSMAG 2.jpg

LE FIGARO.jpg

LIBERATION.jpg

CHINANBULE.jpg

PARIS VILLAGES - août-octobre 2005.jpg

LA CROIX - septembre 2005.jpg

ALADIN - décembre 2005.jpg

ZURBAN - décembre 2005.jpg

JDD - janvier 2006.jpg

ZURBAN - janvier 2006.jpg

Rédigé le 19 juin 2005 | Commentaires (0)

Classement

Notre cher photographe  (B.B., toujours) voudrait que notre marché soit classé. Et nous aussi ! Et vous ?

Affichechapo Affichepm_1

Rédigé le 10 juin 2005 | Commentaires (1)

Un livre sur le marché

« Les puces de Vanves » - photographies de Bernard Blanché.
Préface de T. C. Carreteiro et E. Enriquez – B. Blanché, mai 2005 – 30 euro.

Voici le premier livre jamais consacré à notre marché.

Depuis deux ans en effet on voyait se promener entre nos stands cet éducateur de profession et photographe amateur, il s’arrêtait bavarder avec nous, manger aussi, et puis, sans qu’on s’en aperçoive, il nous mettait en boîte, avec nos clients souvent. Toute l’année, à toutes les heures, et par tous les temps, même le jour (un seul) de neige (quelle aubaine ce jour-là pour lui !).

Et tenace, payant tout de sa poche (impression du livre comprise, bien sûr) il réussit à mener à terme son entreprise. Il nous l’offre aujourd'hui garnie de textes de deux de ses amis, de ceux de quelques marchands (sollicités plus d’une fois, nous n’avons pas fait grand cas de sa demande de participation), et d’un sien propre (« Coup de Gueule !! » l’a-t-il appelé, et il fait mouche).

Souhaitons que son hommage à cette « tribu » (comme il nous appelle), partie bien vivante de « ce qui nous reste de notre passé » (comme il le souligne), soit entendu et partagé.

Pour acheter le livre, passez au marché (B. B. continue à rôder ou alors il laisse quelques copies à vendre aux marchands), ou écrivez-lui : bernardblanche@free.fr

Affichechiens

 

 

 

 

Et surtout, allez visiter son site, où vous aurez la possibilité de feuilleter d'autres livres: www.bernardblanche.com .

Rédigé le 7 juin 2005 | Commentaires (2)

Localisation, horaires

Le marché occupe deux avenues dans le 14e arrondissement de Paris : av. Marc Sangnier et av. Georges Lafenestre.

Il est ouvert tous les week-ends de l’année sans exception, de 7h00 à 14h00.

Accès : Métro : ligne 13, Porte de Vanves; Bus : lignes 58, 95; Tramway T3; Vélib’ et Autolib'...

Si vous venez en voiture, et vu les difficultés de stationnement, nous vous conseillons vivement de garer votre véhicule dans les deux parkings à proximité du marché : à porte de Châtillon ou à Malakoff.

Distributeurs d'argent: Société Générale, 1 place de la porte de Vanves, à deux pas de la sortie du métro.

---

Our market is located in the Paris' 14th arrondissement : avenue Marc Sangnier and avenue Georges Lafenestre.

It is open every week-end of the year, with no exception : from 7 a.m. to 2 p.m..

You can reach it by Subway : line 13, Porte de Vanves station; Bus : lines 58, 95; Tramway T3; Vélib' and Autolib'.

If you come by car, you can park nearby : porte de Châtillon parking or Malakoff parking.

Cash points: Société Générale, 1 place de la porte de Vanves, close to the metro exit.

Rédigé le 3 juin 2005 | Commentaires (43)